Madame Figaro
La télé est leur métier, mais comment la regardent-ils ? Photographiés chez eux avec leur petit (ou grand) écran, six présentateurs redeviennent téléspectateurs. Les programmes de leur enfance, les émissions qu’ils ne ratent jamais, le vertige de l’antenne… Interviews en direct.
madamefig101023

Madame Figaro.- Quand et où regardez-vous la télévision ?
Alessandra Sublet.- Je ne suis pas très téléphage, mais je suis une adepte des séries et des films, au chaud, dans mon salon !

Quels programmes ont bercé votre enfance ?
« Nulle Part ailleurs », « Coucou c’est nous ! » et, si je remonte encore plus loin dans le temps, « Ça cartoon ».

L’émission que vous rêvez d’animer ?
Les émissions de voyage et d’évasion me fascinent. Je donnerais beaucoup pour être dans les valises de Nicolas Hulot.

Votre meilleur souvenir à l’antenne ?
Mon émission « C à vous » me procure tous les jours de formidables moments d’extase. Valérie Giscard d’Estaing au piano, Valérie Lemercier en cuisine ou encore Cesaria Evoria derrière le micro.

Votre pire souvenir à l’antenne ?
Entendre François Hollande me dire que sa mère était décédée. J’étais si désolée, si impuissante… Le direct, c’est assumer des moments forts qui sont aussi ceux de la vie.

Est-ce que la télé rend fou ?
De l’extérieur, la télé rend fou si vous la regardez trop et qu’elle finit par vous couper du monde. De l’intérieur, la télé rend fou si vous vous persuadez que vous êtes plus intelligent que ceux qui la regardent !

La personnalité qui vous a donné envie de faire ce métier ?
Personne, mais j’ai toujours apprécié la manière qu’Antoine de Caunes avait de présenter « Rapido », ou encore « Eurotrash » en Grande-Bretagne. Il se servait du média télévisuel pour s’amuser.

Vous intéressez-vous aux émissions de déco ?
Je prends plaisir parfois à regarder « Intérieurs », sur Paris Première.

« C à vous », sur France 5, du lundi au vendredi à 19 heures.
Madame Figaro par Laurent Mereu-Boulch